Présentation du groupe DidacSic - Documentation Rouen

Présentation du groupe DidacSic

, par Anne-Sophie Closet - Format PDF Enregistrer au format PDF

Le groupe DidacSic a été créé par l’Inspection Pédagogique Régionale en 2018 sous la dénomination de “Groupe Expert en Documentation”. Composé de professeur.e.s documentalistes et d’une enseignante-chercheuse en SIC, il a pour objectif de didactiser des concepts en Sciences de l’Information et de la Communication en situant la réflexion dans le champ de l’Information-Documentation en lien avec des problématiques professionnelles.

Destinées dans un premier temps aux professeur.e.s documentalistes formatrices et formateurs, nos publications s’adressent désormais à l’ensemble des professeur.e.s documentalistes de l’académie.

La question de l’identité professionnelle et des valeurs partagées

Ce qui nous réunit et nous motive au sein du groupe c’est d’abord la volonté de constituer un objectif collectif autour de valeurs partagées en lien avec des enjeux sociétaux et des objectifs éducatifs. Autrement dit, mener une réflexion sur ce qui vaut d’être enseigné et comment l’enseigner.

L’objectif est double et s’inscrit dans une perspective d’émancipation citoyenne : amener les élèves à conscientiser leurs pratiques et leur donner des clés de compréhension nécessaires pour agir avec et sur l’environnement médiatique, documentaire et informationnel.

  • Nous partons de problématiques pérennes, l’actualité étant, par définition, éphémère.

Les problématiques identifiées permettent donc de prendre du recul et d’identifier ce qui est essentiel à enseigner. C’est ainsi que l’on peut s’emparer d’anciennes productions disponibles sur le site académique pour travailler sur de nouvelles thématiques. Un exemple : « Enseigner des questions vives », une problématique développée lors des journées académiques en 2010 et la thématique traitée par DidacSic en 2021 “La circulation de l’information sur les médias sociaux”.

  • Au départ donc, une approche par les objets d’enseignement-apprentissage et les concepts.

Les approches méthodologiques et procédurales par les outils nous semblent ainsi peu efficientes. D’une part, parce que les outils s’inscrivent eux-aussi dans une temporalité, et d’autre part parce qu’ils relèvent de dispositifs complexes que les élèves doivent être conduits à comprendre dans leurs dimensions multiples.

  • Aussi, nous menons une réflexion sur les problèmes posés et ce qu’il y a "en jeu" en prenant appui sur le triangle didactique :
    • du côté des objets d’enseignement : de la dimension technique à la dimension sociale ;
      L’axe épistémologique qui fait référence au champ disciplinaire (les Sciences de l’Information et de la Communication)
    • du côté des élèves : le rapport au dispositif, au document, à l’information sur les plans émotionnel, cognitif et pragmatique lors de la recherche, l’évaluation, le traitement et la (re) publication de l’information ;L’axe psycho-cognitif qui fait référence à l’appropriation didactique des contenus d’enseignement par les élèves : entrent alors en jeu la relation aux savoirs (mythes, imaginaires et représentations), les pratiques non-formelles, les émotions et les processus cognitifs mobilisés pour effectuer les tâches données. Les théories de l’action et de l’activité, étroitement liées à la cognition, sont également convoquées avec les notions de « situation » et de « tâche » qui permettent de faire le lien avec l’axe pédagogique ;
    • du côté des enseignants : comment s’emparer des objets et des pratiques dans les situations d’enseignement-apprentissage. L’axe pédagogique ou praxéologique qui fait référence aux conditions de l’intervention didactique [Halté, 1992], c’est-à-dire les tâches gérées par l’enseignant pour mettre en place une situation didactique. Orientée vers l’action, l’intervention didactique prend aussi appui sur les deux autres axes et se situe donc au centre du triangle didactique. Pour Guy Brousseau, la situation didactique décrit ainsi les interactions pertinentes d’un sujet-apprenant avec un sujet-enseignant et un milieu : « Une situation est caractérisée dans une institution par un ensemble de relations et de rôles réciproques d’un ou de plusieurs sujets (élève, professeur, etc.) avec un milieu, visant la transformation de ce milieu selon un projet. Le milieu est constitué des objets (physiques, culturels, sociaux, humains) avec lesquels le sujet interagit dans une situation » [Brousseau, 1998].

Mais c’est aussi, plus largement, l’histoire du métier de professeur documentaliste liée à celle de l’académie de Rouen qui nous réunit toutes et tous, de la création du CAPES au lien étroit et historique avec l’IUFM (y compris avec celui de Caen !), puis l’ESPÉ et aujourd’hui l’INSPÉ, jusqu’aux groupes de réflexion qui se sont succédés.

Ce sont autant de valeurs partagées, de collaborations fructueuses, de productions et d’échanges réflexifs autour de l’identité professionnelle des professeur.e. s documentalistes en lien avec l’information-documentation qui font notre histoire commune et qui ouvrent de nouvelles perspectives au périmètre normand. Une dynamique qui nous semble pertinente à affirmer et à impulser !

Du groupe à un collectif élargi : les professeur.e.s documentalistes de l’académie

Nous considérons les situations d’enseignement-apprentissage présentées non pas comme des modèles à reproduire et des exemples” figés “ mais comme des ressources potentielles.

Une évidence que nous tenons cependant à souligner ! A chacun.e de repérer comment les concepts peuvent être mobilisés et construits sur les plans didactique et pédagogique, d’imaginer d’autres manières de faire, de s’emparer de ces situations pour les adapter à des contextes différents ou d’en créer d’autres à partir de la problématique proposée.

Des ressources à faire vivre collectivement : ou comment les expériences personnelles partagées peuvent nourrir un projet commun

Le mode de fonctionnement du groupe est fondé sur le partage, les échanges, le débat. Encore une évidence qui, pourtant, mérite d’être signalée car nous pouvons mesurer lors de nos réunions combien l’intelligence collective est une force pour comprendre les concepts, identifier les problèmes, s’interroger sur la scénarisation pédagogique, partager, amender collectivement nos propositions, questionner nos pratiques et nos expérimentations.

Convaincu.e.s de l’intérêt d’œuvrer collectivement, c’est donc dans cet esprit et dans une perspective de mutualisation sur le site académique que nous inscrivons notre démarche, par le biais de retours d’expériences personnelles déposés par les membres du groupe, mais aussi (et surtout !) en proposant aux professeur.e.s documentalistes de l’académie de contribuer au projet, que ce soit sous la forme d’échanges réflexifs ou de partage d’expérimentations.

Références

Brousseau Guy (1998) Théories des situations didactiques. Grenoble : La Pensée sauvage

Duplessis Pascal (2008) « L’objet d’étude des didactiques et leurs trois heuristiques : épistémologique, psychologique et praxéologique » In : Les Trois Couronnes. Didactique de l’information-documentation et identité professionnelle de l’enseignant documentaliste. Site de Pascal Duplessis [en ligne] |Réf du 09 janvier 2021). Disponible à l’adresse :http://lestroiscouronnes.esmeree.fr/didactique-information/l-objet-d-etude-des-didactiques-et-leurs-trois-heuristiques

Halté Jean-François (1992) La didactique du français. P.U.F, coll. Que-sais-je ?, 127 p.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Dans la même rubrique

Visites

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?