Vous êtes ici : Accueil > In-formations institutionnelles > Groupes de travail académique > Mutualisation LP/LDM - Travaux de 2007 à 2016 > Une progression du CAP au BTS sur la notion d’autorité du document (...)
Publié : 8 juillet 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF
Dernière modification : 19 avril

Cursus de l’élève en lycée des métiers

Une progression du CAP au BTS sur la notion d’autorité du document technique

A la suite du travail que nous avons mené ces dernières années sur l’approche de la maîtrise de l’information et de la culture informationnelle en LP, nous avions mis en valeur l’importance du document technique comme concept intégrateur (année 2008-2009). Encore fallait-il préciser ce que les élèves, qui s’en servent régulièrement avec leurs professeurs d’atelier, avaient construit comme représentation, avant de proposer une progression valable sur ce concept.
C’est pourquoi nous avons procédé à la collecte d’énoncés langagiers, selon la méthode de Pascal Duplessis, auprès des apprenants de nos sept établissements respectifs. Nous avons dépouillé en groupe les recueils qui seront d’ailleurs proposés aux Trois Couronnes pour publication. Sur 37 classes, du CAP au BTS, il est apparu que les élèves perçoivent intuitivement
des spécificités de forme et de contenu des documents techniques mais qu’ils considèrent de la même manière les documents issus de grandes enseignes de magasins de bricolage et ceux que publient les organismes professionnels. Ils ne les distinguent pas. De ce fait un des obstacles majeurs est celui de la non-connaissance ou de la connaissance partielle du concept d’autorité de l’auteur.

Nous avons donc dû étudier le concept d’auteur et par extension son attribut, celui d’autorité. La lecture des travaux d’Evelyne Broudoux sur l’autorité informationnelle ou cognitive ainsi que l’apparition du phénomène d’autoritativité de l’auteur sur le web [1] a guidé notre réflexion [2] et nous avons réalisé une carte heuristique pour rendre compte de ce que nous en avions compris.

PDF - 37.7 ko
Freemind - 3.2 ko

Ainsi, on peut parler de quatre vecteurs d’autorité :
- l’autorité énonciative
- l’autorité liée au contenu
- l’autorité liée au support
- l’autorité liée aux groupes et aux réseaux.

Pour qu’un document technique fasse autorité dans le secteur du bâtiment, en tant que document technique, il doit répondre à ces quatre vecteurs d’autorité.

Dès lors nous avons défini notre objectif pédagogique principal : faire comprendre à l’élève à quelle condition un document technique peut être considéré comme fiable et pertinent, ce qui revient d’une part à enseigner le concept d’autorité d’un document, mais plus largement à faire construire aux élèves une représentation juste des différents producteurs d’information dans leur domaine.

La question que nous nous posions au départ était celle d’une progression. Que faire avec les élèves de CAP qui ont de nombreuses difficultés, avec ceux de baccalauréat professionnel et avec les post bac ?

Notre objet est donc de déterminer une tâche action et des tâches intermédiaires pour chaque niveau d’apprenant. Les tâches intermédiaires étant celles qui permettent de gérer la démarche. Outre celles qui correspondent aux moments d’apprentissage et qui sont listées ci-dessous, nous prévoyons aussi de demander systématiquement aux élèves, lors de leurs recherches d’information professionnelle, d’analyser leurs requêtes et les pages de résultats ainsi que de justifier leurs choix par écrit. Ce dossier de traces servira de support à la discussion et d’échanges entre les élèves et le professeur documentaliste, et ce sera pour nous un support de réflexion pour concevoir une remédiation, un approfondissement.
La tâche action, en fait l’activité à proposer, doit permettre à l’élève "à partir d’une mise en action (par l’observation, la manipulation, la confrontation, l’expérimentation) [...] de passer à l’abstraction (par la conceptualisation, la verbalisation) et de construire des catégories consécutives d’un savoir scolaire" [3].

Nous prévoyons d’expérimenter et d’ajuster cette approche au cours de l’année scolaire 2010-2011.

Niveau CAP

Objectif élève visé
Connaître des sources d’information professionnelle de référence par leur nom et leur identité graphique.

Tâche action : Organiser les sites dans des catégories pré-définies, puis les relier les uns par rapport aux autres. Pour ce niveau d’apprentissage, les typologies sont proposées aux élèves.
Réaliser une carte des logos avec un logiciel de Mind Mapping type VUE ou Inspiration

- tâche intermédiaire 1 : justifier le choix de la catégorie ("où met-on ce site et pourquoi ?")
- tâche intermédiaire 2 : identifier l’intrus parmi une liste de sources professionnelles données, dire pourquoi.
- tâche intermédiaire 3 : créer des liaisons entre les éléments, les justifier.
- tâche intermédiaire 4 : reconnaître des logos instantanément

Niveau baccalauréat professionnel

Objectif élève visé
Analyser les sources disponibles sur le web dans son domaine professionnel

Tâche action : A partir d’une requête banale, réaliser une typologie des producteurs d’information sous forme d’une carte en utilisant par exemple un site de signets en ligne tel que Pearltrees qui propose une représentation graphique de l’information [4].
Ces élèves devront déterminer les catégories de classification des sources professionnelles pour retenir des catégories significatives.

- tâche intermédiaire 1 : reconnaître et nommer les producteurs d’information présents sur une page de résultats
- tâche intermédiaire 2 : organiser des lots et les justifier

Niveau BTS

Objectif visé
Réaliser une veille d’information professionnelle à l’attention de ses pairs

Tâche action : Réaliser un document technique secondaire par rapport à un besoin d’information pour une solution technique en utilisant des documents techniques validés

- tâche intermédiaire 1 : collecter et sélectionner les sources, justifier la pertinence des choix.
- tâche intermédiaire 2 : catégoriser les sources et les mettre en lien les unes par rapport aux autres.
- tâche intermédiaire 3 : mettre à jour les sources : justifier leur maintien ou leur suppression.

Pour que la notion soit réellement acquise il faudra aborder plusieurs fois dans un même cursus et dans des cadres différents cette question de l’autorité des documents techniques. Il est clair aussi qu’il faudra varier les tâches intermédiaires et si possible les collaborations.

Dans la perspective d’une progression, une fois ces travaux réalisés, des temps décrochés seraient donc nécessaires pour faire appréhender aux élèves dans quelles conditions, avec quels moyens et quelles intentions l’information est produite. Il est important qu’ils différencient les sources institutionnelles qui fonctionnent avec des fonds publics ou assimilés : sources patronales, syndicales, ministérielles, chambre des métiers, etc. ou entreprises de certification. Mais il faut aussi qu’ils sachent distinguer une entreprise de presse, d’un marchand de matériau, d’un bureau d’études privé ou repérer les groupes d’influence qui animent leur milieu professionnel. Il s’agit là plus généralement de construire la culture professionnelle de l’élève. On pourrait envisager des cours plus classiques pour récapituler les cas rencontrés lors des tâches particulières.

En tant que professeur documentaliste nous devons également continuer
notre travail d’échanges et de collaboration avec des acteurs de la documentation technique pour pouvoir les connaître et les enseigner aux apprenants selon leurs besoins.

Les stages effectués par certains d’entre nous cette année au sein d’entreprises ou d’organismes de référence dans le domaine du bâtiment et de l’industrie, ont déjà permis d’approfondir nos connaissances sur le positionnement des uns par rapport aux autres, leur financement, leur statut juridique, etc.

Enfin, la perspective de l’élargissement du groupe à d’autres familles de métiers que celle du bâtiment permettra de confronter les pistes pédagogiques et didactiques sur le concept intégrateur du document technique. Par exemple, l’autorité du document technique se définit-elle de la même façon dans le domaine des services à la personne, dans le domaine de la chimie, et dans le domaine agricole ? Doit-on l’enseigner de la même façon ? Les professeurs documentalistes qui ont rejoint le groupe cette année mutualiseront leurs observations et leur analyse.

On le voit, le chantier reste immense !

Le GRP Mutualisation LP/LDM avec les remarques d’Agnès Montaigne.

Post-scriptum

Etablissements et classes concernés par la collecte des énoncés langagiers : Lycée du bois d’Envermeu (bac pro Constructeur bois), lycée Aragon à Gisors (CAP APR-Agent polyvalent de restauration-, ATMFC -Assistant technique en milieu familial et collectif-, BEP Bio-service), lycée polyvalent les Fontenelles à Louviers (2nde bac pro PSPA-Pilotage des systèmes de production automatisée-, 2CAP Préparation et réalisation des installations électriques, 2nde bac pro MEI-Maintenance des équipements industriels, 2nde bac pro ELEEC -Electro-technique énergie équipements communicants-), lycée professionnel A. Boismard à Brionne (1ère et terminale bac pro EB-ébéniste, 2nde et terminale bac pro Menuisier agenceur), lycée professionnel J.-B. Colbert à Le Petit Quevilly (2nde et terminale bac pro outillage, terminale BEP Bois), lycée des métiers du bâtiment Le Corbusier à Saint-Etienne-du-Rouvray (Cap Peintre applicateur de revêtements, 2nde bac pro TBORGO -technicien du bâtiment organisation et réalisation du gros œuvre-, terminale bac pro Finition, BTS 2e année Enveloppe du bâtiment et BTS 1ère année Fluide Énergie Environnement), lycée A. Perret au Havre (2nde bac pro TMSEC-Technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques-, TFCA- Technicien du froid et du conditionnement d’air-, TBORGO- technicien du bâtiment organisation et réalisation du gros œuvre- , 1ère STI, 1ère STI d’adaptation).

Notes

[1Broudoux E. 31 octobre 2003. Autoritativité, outils, mémoire. Intervention aux Troisièmes Journées d’études franco-canadiennes Hypertexte, fiction, mémoire (dir. Robin R.) - UQAM, Montréal - 30, 31octobre, 1er novembre 2003. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001137

Broudoux E. , Grésillaud S. , Le Crosnier H. , Lux-Pogodalla V. Construction de l’auteur autour de ses modes d’écriture et de publication in « Créer, jouer, échanger : expériences de réseaux ». H2PTM’05 (dir. Saleh I. et Clément J.). p.123-142, Hermès/Lavoisier, novembre 2005. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001552.

[2Merci à Agnès Montaigne, membre du groupe en tant que membre du GR-CDI et formatrice à l’IUFM de l’Académie de Rouen

[4voir la séquence de Stéphanie Cheval, membre du groupe [http://documentaliste.ac-rouen.fr/spip/ecrire/?exec=articles&id_article=295