Vous êtes ici : Accueil > In-formations institutionnelles > Groupes de travail académique > InnovaDoc > Construire l’autonomie de l’élève au collège
Publié : 3 octobre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF
Dernière modification : 3 octobre 2013

GRPDoc : expérimentations en Info-Doc

Construire l’autonomie de l’élève au collège

Trois démarches complémentaires

L’autonomie ne se décrète pas, elle se construit.

Dans notre système scolaire, l’élève n’a pas acquis, à l’issue de l’école élémentaire, une grande capacité à prendre des initiatives ; il est demandeur de directives précises. Il préfère même souvent se cacher derrière leur absence pour ne pas agir, ne pas faire ce qui est attendu de lui ; en bref, il ne se sent pas responsable de ce qui lui arrive à l’école.

Mais si une certaine liberté lui est offerte, comme au CDI, il la prend toute entière et avec énergie. Il nous revient donc- nous, enseignants du second degré – la tâche d’orienter ce désir d’agir vers la découverte, les connaissances, la culture...

Le CDI du collège est sans aucun doute un lieu privilégié pour cela, même s’il n’est pas le seul. Tout l’établissement a vocation à se mobiliser autour d’une telle démarche. Il faut donc commencer par permettre à l’élève de s’approprier le lieu, en évitant un règlement trop strict, en « accueillant » l’élève. Ce moment d’accueil est déterminant pour la suite.

La démarche de Marion Ducouret à Cléon va dans ce sens : séances de découverte de 3 heures, inscriptions autonomes sur Cdistat, aménagement de la terrasse pour lire en liberté, et même de temps en temps, musique de fond, voilà le décor planté, propice au développement de cette fameuse autonomie.

Voir ci-dessous « Accueillir les collégiens au CDI ».

Mais l’autonomie de l’élève se joue ensuite dans sa capacité à réussir son parcours d’élève. Parce que l’autonomie est avant tout une affaire de confiance en soi, d’estime de soi. Un élève qui n’a pas confiance dans ses capacités de mathématicien ne prendra pas seul le chemin du « training » même sur support numérique, pour les améliorer. Il faut au préalable qu’il prenne en main son « métier » d’élève et cela suppose d’être accompagné.

C’est la démarche de Viviane Dupart à Canteleu : apprendre aux élèves à organiser leur travail en mobilisant les parents, l’équipe de vie scolaire, les équipes pédagogiques et tous les lieux et équipements.

Voir ci-dessous « Apprendre aux collégiens leur métier d’élèves »

S’il a réussi ces deux premières étapes, l’élève est susceptible de commencer à travailler seul, en autonomie donc, et de produire des « œuvres » de plus en plus complexes. A condition, toutefois, de l’encadrer, de le guider dans la démarche comme dans la formalisation. C’est l’esprit des TPE (travaux personnels encadrés) et de l’Accompagnement personnalisé en LGT, c’était celui des défunts IDD (itinéraires de découvertes) en collège. C’est aussi celui du dossier SVT sur la « responsabilité en matière d’environnement et de santé ».

Mais, d’expérience, en 3ème, cet esprit « responsable » est loin d’être acquis ! Et les travaux des élèves souvent bien décevants sur le plan documentaire (comme du point de vue de la discipline, d’ailleurs)...Pourquoi ? On peut accuser l’âge, le manque d’envie ou d’intérêt pour le sujet, mais ce qui manque certainement, c’est l’entraînement !

D’où l’idée de répéter l’exercice, comme l’a fait Sophie Gohier à Evreux.

Voir ci-dessous « Apprendre à faire un dossier documentaire »

Sur la question de l’autonomie, deux références intéressantes :
- L’ouvrage de Vincent Liquete sur "le travail autonome"
- la circulaire "Objectifs pour la Vie scolaire dans les collèges" qui fait souvent référence à l’action de l’enseignant documentaliste,
Leurs lectures nous rappellent que la question de l’autonomie n’est pas une préoccupation récente de l’institution...

Si le Learning-center de l’étudiant quasi adulte est loin d’être possible en collège, on peut y préparer le futur adulte en offrant dès maintenant dans les collèges des lieux et des démarches qui l’habituent à l’autonomie et à prendre des responsabilités en rapport avec son âge.

Voir là-dessus la démarche intéressante de nos collègues de Toulouse à partir de la notion de Learning Centre.

Cécile Jouquan, coordinatrice du groupe GRPDoc.