Vous êtes ici : Accueil > Formation des élèves > Former au numérique > Lecture/écriture numérique > Produire des cartes collaboratives
Publié : 15 janvier 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF
Dernière modification : 12 janvier 2015

Apprendre en collaborant

Produire des cartes collaboratives

Les outils numériques collaboratifs sont des outils qui permettent aux élèves de construire du savoir différemment. Les élèves produisent ensemble.

Professeur documentaliste et professeur d’histoire-géographie ont mené un projet pédagogique commun de construction d’une carte géographique sur les catastrophes naturelles des 25 dernières années avec 3 classes de 5e.

Les élèves, ensemble, produisent et partagent leurs connaissances

Les objectifs pédagogiques disciplinaires du professeur d’histoire géographie étaient les suivants :
- comprendre l’inégalité des sociétés face aux risques
- travailler en groupe pour construire ses connaissances
- localiser des phénomènes en travailler avec des maps

Les objectifs pédagogiques documentaires du professeur documentaliste étaient les suivants :
- comprendre le fonctionnement technique d’un moteur de recherche
- avoir un regard critique sur les résultats des requêtes réalisées sur le moteur de recherche (on ne trouve pas tout sur Internet : multiplicité des sources, pertinence des sources)

Les objectifs transversaux étaient les suivants :
- savoir travailler en binôme : répartition de la tâche, aide mutuelle
- rédiger une synthèse à partir d’informations trouvées sur un sujet
- être un internaute responsable (adresse mail ou photo de profil adaptée au travail scolaire)
- suivre des consignes méthodologiques à partir d’une démonstration
- être un utilisateur autonome des technologies numériques

La première séance a consisté en un cours théorique sur ce qu’est une catastrophe naturelle. Elle permettait d’initier tout le vocabulaire nécessaire à la recherche documentaire.
La deuxième séance a servi aux élèves à répertorier les catastrophes naturelles par année sur une carte heuristique et de colorier les items selon les continents. Il s’agissait de montrer aux élèves la multiplicité des aléas naturels et l’inégalité des continents face à ces aléas.
L’objectif de la troisième séance était de faire étudier une catastrophe naturelle par binôme afin que les élèves réinvestissent le vocabulaire appris en début de séquence. Un questionnaire préparé par le professeur d’histoire-géographie servait de support à la recherche. Après la prise de notes, les élèves ont dû rédiger un texte synthétique relatant le déroulement de la catastrophe, ses causes et ses conséquences humaines et matérielles.
La quatrième séance a consisté à intégrer le texte à une carte géographique en ligne. Celle-ci, une fois complète, a permis de faire le bilan de séquence : les élèves ont pu y repérer les zones les plus touchées, les aléas les plus souvent en cause. Le professeur a rappelé les connaissances théoriques vues en première séance : les raisons géo-climatiques des aléas et la vulnérabilité des pays les plus pauvres.

Qu’ont appris les élèves ?

Les élèves ont intégré dans leurs connaissances ce qu’est une catastrophe naturelle, un aléa climatique, quelles en sont les causes et les conséquences humaines et matérielles.

Ils se sont servis de leur adresse mail à des fins scolaires. Ils ont vu que sur des outils collaboratifs, il était important d’avoir choisi une photo et un identifiant neutre pour son profil. Il est même intéressant de leur demander d’avoir une adresse personnelle et une adresse qui sert à des fins scolaires ou administratives.

Ils ont utilisé des outils numériques dont ils se servent à la maison pour la classe : GoogleMaps, par exemple, dont ils utilisent le Streetview pour le plaisir. Il était important qu’un outil dont on se sert à des fins personnelles puisse servir à des fins scolaires afin de montrer qu’il n’y a pas deux milieux numériques.

Ils ont appris à se servir d’un pad et d’un créateur de carte mentale. Ils ont pu remarquer que certains outils nécessitaient l’utilisation de l’anglais et que l’ordinateur était au service de l’utilisateur si et seulement si celui-ci effectue les actions requises auprès du premier (comme répondre aux questions que le logiciel pose).

Ils ont remarqué que pour une recherche imprécise (les catastrophes naturelles d’une année), il était difficile de trouver rapidement les informations. Alors qu’en ayant la date, le lieu, voire le nom de l’aléa climatique, la recherche était plus facile.

SYNOPSIS DE LA SEQUENCE


Objectif pédagogique global
 : produire une carte situant des catastrophes naturelles des 25 dernières années avec 3 classes de 5e travaillant sur la même carte.

Prérequis : séance théorique sur les caractéristiques d’une catastrophe naturelle.

Objectif n°1 (2 h)

Chercher sur Internet les catastrophes naturelles des 25 dernières années. Les élèves sont en binômes et ont en charge une année. Ils doivent prendre des notes sur une feuille pour ensuite remplir une carte heuristique collaborative sur Mindmup

Mindmup est une application en ligne de cartographie heuristique qui permet une construction collaborative. La carte est stockée sur le serveur Mindmup ou sur son Google Drive et partageable à des adresses e-mail.

Le CDI a un compte Gmail qui gère l’agenda du CDI et un Google Drive. Le professeur documentaliste crée une carte et envoie une invitation aux adresses Gmail de chaque binôme.
Le binôme ayant reçu son invitation à collaborer, il s’agit pour lui d’ouvrir la carte Mindmup en cliquant sur le lien. Il insère ensuite les catastrophes naturelles trouvées pour l’année recherchée et colorie chaque item avec une couleur définie pour chaque continent.

Le fait d’avoir choisi une couleur par continent permet de faire un premier bilan : quel est le continent le plus touché ? Pourquoi ?

Bilan documentaire

La recherche n’a pas été facile pour les élèves. Il a fallu plusieurs requêtes différentes pour trouver un site qui listait les catastrophes. Les élèves ayant trouvé un site qui convenait ont communiqué son adresse aux autres.

Objectif n°2 (2h)

Chercher sur Internet des informations concernant une catastrophe naturelle précise, d’après une série de questions préparées par le professeur d’histoire-géographie. Écrire un texte synthétisant les réponses et recopier le texte dans un pad collaboratif, en l’occurrence Framapad.
Le professeur d’histoire-géographie distribue les sujets aux binômes par rapport aux sujets trouvés en étape 1. Les élèves répondent aux questions en trouvant leur réponse sur Internet. De la même manière que la fois précédente, les sites les plus intéressants sont communiqués aux autres binômes. Les enseignants vérifient les données trouvées par les élèves et les aident à la construction de la synthèse.
Un compte administrateur Framapad a été ouvert avec l’adresse mail Gmail du CDI. Le professeur documentaliste crée un pad pour chacune des catastrophes. Quand la synthèse écrite sur papier est validée, le professeur documentaliste donne l’adresse internet du pad à chaque binôme. Les élèves ont une moitié de texte à copier chacun. Le pad permet une relecture et une correction réciproque des élèves et une relecture ultérieure en ligne du professeur.

Bilan documentaire

Le questionnaire aide les élèves à trouver l’information utile. Le plus difficile est la synthèse. Il faut que le texte raconte. Une collaboration du professeur de français aurait pu être utile en transversal.

Objectif n°3 (1h)

Mettre les textes en ligne sur une carte personnalisée de GoogleMaps et insérer une image provenant de Wikimedia Commons.

Grâce au compte Gmail du CDI, le professeur documentaliste crée une carte personnalisée sur GoogleMaps et envoie une invitation à collaborer à la carte aux adresses Gmail de chacun des binômes. Les élèves se connectent avec leur compte Gmail et cliquent sur le lien de l’invitation. Chaque binôme modifie la carte en insérant son texte à l’endroit où s’est passée la catastrophe naturelle. Il y ajoute un lien vers une image choisie dans Wikimedia Commons. Enfin, il choisit l’icône qui correspond à l’aléa de sa catastrophe.

Quand la première classe a eu fini, les icônes de reconnaissance de l’aléa ne faisaient pas partie des objectifs. C’est en ayant un regard critique sur leur travail que les élèves ont décidé d’intégrer des icônes de reconnaissance des aléas à la carte. Ces icônes ont dû être insérées sur le site internet du collège avant de pouvoir être utilisées sur GoogleMaps (les icônes devant avoir une adresse URL pour être insérées dans GoogleMaps).

Bilan documentaire

Le choix de Wikimedia Commons a été expliqué aux élèves (droit d’auteur). Néanmoins la citation des sources manque au travail. Les élèves se sont aperçus qu’on ne trouvait pas tout sur Internet : certaines catastrophes n’ont pas autant été relayées par les médias que d’autres. Les ranks de Google doivent jouer aussi un rôle d’enclosure sur certains sujets.
Le travail sur la lisibilité de la carte était très intéressant mais n’a été fait qu’avec une seule classe (la première travaillant sur la carte).

Webographie

Le bilan des élèves se trouve sur le site internet du collège : http://camus-col.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article323

La documentation pour utiliser Framapad : http://files.framasoft.org/framapad/doc-framapad-general.pdf

Deux articles sur MindMup : http://outilscollaboratifs.com/2013/07/mindmup-outil-de-mind-mapping-collaboratif/ ou http://www.freemindparlexemple.fr/2013/09/mindmup-le-mind-mapping-libre-et.html

Un petit tutoriel pour la carte collaborative de GoogleMaps : https://support.google.com/maps/answer/144365?hl=fr