Vous êtes ici : Accueil > Réseaux docs > BEF : Bassins d’éducation et de formation > BEF Elbeuf Rouen gauche > Indépendants, les journalistes ?
Publié : 12 juin
Format PDF Enregistrer au format PDF

ESPRIT CRITIQUE ET INFORMATION : DE L’ÉLÈVE AU CITOYEN

Indépendants, les journalistes ?

Projet mené par Arnaud De Saint Jores, collège-lycée Fénelon (Elbeuf).

Notice d’exploitation

Classes concernées : 1ères ou Terminales (toutes séries)

Objectifs pour l’élève :

  • J’appréhende l’économie des médias (ici la Presse)
  • J’utilise mon esprit critique

Compétences documentaires développées :

  • J’exploite les fonctionnalités d’un portail de presse
  • J’identifie un conflit d’intérêt (mon sujet d’étude)
  • Je choisis des mots-clés
  • Je sélectionne des médias et des articles en fonction de ma recherche
  • J’analyse le parti pris des articles sélectionnés
  • Je produis une vision globale de mes résultats (tableau et/ou organigramme)
  • Je tire une conclusion quant à l’indépendance ou non des journalistes

Contextualisation :

Jamais le métier de journaliste n’a autant été mis à l’épreuve. Plusieurs phénomènes concourent à sa dé-légitimation : désintérêt du public pour les médias traditionnels, concentration des titres de presse entre les mains de quelques groupes industriels, nouvelles pratiques informationnelles via les réseaux sociaux.

Mode opératoire :

La méthodologie reprend la procédure d’enquête chère à Odile Chenevez (ANR Translit)

http://documentation.spip.ac-rouen.fr/IMG/pdf/demarche_enquete_chenevez.pdf

Le principe retenu est de transformer la consultation d’un portail de presse (en l’occurrence EUROPRESSE : articles archivés de plusieurs milliers de sources) en un outil d’investigation.

Au moyen d’une procédure définie visant à la recherche d’une certaine objectivité, il est demandé aux élèves de repérer les enjeux économiques ou politiques susceptibles d’influer sur les choix des journalistes : ce que l’on pourrait appeler les « points de tension ».

Il revient ensuite à ces mêmes-élèves de vérifier le traitement de ces points de tension par les différents médias (recherche de neutralité, parti pris en faveur ou en défaveur de l’actionnaire, absence de publication due à la censure ou à l’auto-censure).

À la suite de cette démarche, l’élève doit être capable d’émettre un avis sur l’indépendance ou non des journalistes de la presse écrite vis-à-vis des propriétaires de leurs médias.

Difficultés rencontrées et remédiations :

Les élèves ont besoin d’être guidés pour repérer des points de tension.

Ex : quels sont les sujets qui, a priori, pourraient gêner par leur traitement journalistique des opérateurs téléphoniques comme Free ou SFR ? Peu d’élèves sont capables d’évoquer spontanément les questions d’ « électro-sensibilité », de nocivité des ondes ou des ententes tarifaires entre opérateurs téléphoniques. Il faudra donc quelquefois « démarrer » l’activité de recherche par des requêtes simples (ex : dangers&problème&téléphonie&sfr).

L’accès aux premiers articles fournis leur permettra alors de mieux cerner le sujet en récoltant des mots-clés plus « experts ».

L’interprétation des articles est aussi parfois délicate. Dans ce cas, privilégiez la collaboration entre les élèves et la confrontation de leurs avis sur la question. En général, la « bonne » perception (argumentée) prendra l’ascendant.

En multipliant le nombre d’items dans sa recherche (combinaison de plusieurs mots clés, définition de périodes (postérieures ou ultérieures aux prises de participation des propriétaires-actionnaires , sélection des médias « utiles », zone géographique de couverture), on arrive à un résultat mieux calibré (ni trop ni pas assez d’articles) pour sa future exploitation.

Quelques problèmes techniques peuvent aussi surgir quant à l’utilisation d’un tableur (quelquefois inconnu de certains élèves).

Jusqu’où aller avec les élèves ?

En fonction de la rigueur démontrée par chaque groupe dans sa démarche, une médiatisation de ces travaux d’élèves serait souhaitable. Elle pourrait de façon réaliste intervenir via réseaux sociaux et plateformes de micro-blogging.

Ce type de travaux pourrait aussi trouver écho auprès d’acteurs spécialisés comme l’ACRIMED ou de médias d’investigation comme Médiapart.

Hyperlien vers présentation de l’activité sous format « Prezi » :

https://prezi.com/dv7c2wpjqkzu/independants/

Présentation de l’activité d’un groupe-élèves

Capture d’écran d’une requête sur le moteur de recherche d’Europresse

Travail de sélection des documents par pertinence grâce aux notices des articles de presse (outil « multisélection »).

Feuille de calcul rendant compte du travail de dépouillement / articles de presse

Conclusions du groupe :

« L’Express et La Croix ignorent le sujet des ondes-électro-magnétiques.

Le journal économique Les Echos en parle un peu plus avec des articles plutôt hostiles à la thèse. L’Obs n’a publié que 3 articles à propos de ces ondes sur la période. Le quotidien Aujourd’hui semble défendre l’hypothèse de la nocivité des ondes sur les organismes (6 articles sur 7). Le Figaro est le média presse qui s’intéresse le plus à ce sujet tout en restant assez équilibré (beaucoup d’articles neutres). C’est aussi le cas pour l’Humanité.

Le Monde, qui nous intéresse parce que le patron de FREE en est le propriétaire, traite assez peu du sujet et se montre plutôt neutre ou hostile à la question de la dangerosité des ondes. Mais il est difficile d’en conclure que les journalistes de ce journal se sont censurés ou ont été censurés car ce n’est pas systématique comme pour certains autres groupes »