Vous êtes ici : Accueil > Métier > Formation des professeurs documentalistes > Journée académique / BEF > Journée académique des professeurs documentalistes 2017
Publié : 27 juin
Format PDF Enregistrer au format PDF

Journée académique des professeurs documentalistes 2017

Conformément au plan académique de formation, il est proposé aux professeurs documentalistes d’assister à une journée professionnelle académique, le mardi 12 décembre 2017 à l’Espé, 2 rue Tronquet, 76130 Mont Saint-Aignan, de 9h30 à 16h00 (Amphi 250).

« Quelles méthodes pédagogiques pour une société apprenante ? »

La thématique de cette année est inscrite au cœur de trois éléments fondamentaux :

  • La conscience, non seulement des professionnels de terrain, mais aussi de l’institution. En effet, le rapport Vers une société apprenante : Rapport sur la recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie, sous la direction de Catherine Becchetti-Bizot, Guillaume Houzel et François Taddéi témoigne de cette prise de conscience institutionnelle autour de l’intensification de la recherche pour faire progresser l’éducation, le développement professionnel au cœur d’un changement de culture, un écosystème numérique pour apprendre, progresser et partager, la coopération à toutes les échelles pour mieux apprendre.
  • Une définition scientifique de la culture de l’information qui s’actualise à l’aune des évolutions des pratiques informationnelles. S’il est toujours entendu que la culture de l’information comprend un volet de connaissances, une compréhension du monde, et une conception claire de sa place dans le monde (Baltz, 1998), les problématiques de formation à l’information évoluent sur le terrain, avec une plus grande importance accordée à la dimension sociale et culturelle des apprentissages. En effet, les pratiques informationnelles supposent des compétences sociales, qui permettent d’entrer en interaction avec l’Autre, que ce soit directement ou par le biais de médias/contenus médiatisés, et de se positionner dans le monde. Elles circonscrivent donc non seulement des compétences dans la manipulation d’outils, mais avant tout la faculté de l’individu de devenir acteur au sein des systèmes informationnels (Cordier, 2017). Ainsi sont à penser les situations favorisant l’émergence de cet « ensemble de méta-connaissances, de démarches, d’approches et de questionnements que l’on retrouve tout au long de la vie et de l’agir social de chaque individu » (Liquète, 2006).
  • La mise en place de l’éducation aux médias et à l’information (EMI), dont les professeurs documentalistes s’emparent depuis la rentrée 2015, en partenariat avec les autres enseignants et acteurs de l’éducation. Les textes institutionnels évoquant l’EMI insistent sur la mise en place de situations pédagogiques permettant aux élèves d’éprouver en situation les médias et l’information au sein de contextes diversifiés. Il s’agit également de s’appuyer sur le numérique pour développer des usages et des pratiques au service d’un apprentissage autonome.

C’est dans ce contexte que notre journée professionnelle se veut explorer des éléments de compréhension sur les processus d’apprentissage ainsi que les liens entre le numérique et les apprentissages (par le numérique), sous l’angle d’une meilleure compréhension de la nature des difficultés des élèves, avec la conférence d’André Tricot, professeur des Universités en Psychologie cognitive à l’Université de Toulouse.

Une table ronde l’après-midi animée par Anne Cordier, maîtresse de conférence en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Rouen, mettra en relief des expériences de terrain autour des pédagogies dites actives, pour soutenir l’apprendre à apprendre.

Faire appel à des intervenants qui ne sont pas professeurs documentalistes peut permettre de s’inspirer d’autres ancrages, d’autres postures, mais aussi d’effectuer des transferts de compétences et de pratiques enrichissants pour tout un chacun.